Home / Nouvelles / «Les matières premières et les idées sont les deux clés de l'innovation en parfumerie», Maurice Roucel, Symrise

«Les matières premières et les idées sont les deux clés de l'innovation en parfumerie», Maurice Roucel, Symrise

Maurice Roucel, Symrise

Maurice Roucel, Symrise

Premium Beauty News – Quelle est votre définition de votre métier de parfumeur?

Maurice Roucel – C’est un acte de création. Tout comme les peintres mélangent les couleurs ou les musiciens mélangent les notes, nous mélangeons les odeurs. Cet acte mène à un travail qui résulte de vos propres compétences créatives, de votre inspiration et de votre technique. Comme dans beaucoup de domaines, vous devez apprendre la technique, mais la créativité ne peut être apprise: vous l’avez ou vous ne l’avez pas.

Premium Beauty News – Ce commerce a-t-il changé ces dernières années, notamment d’un point de vue technique?

Maurice Roucel – C’est un métier en constante évolution. D’une manière générale, chaque nouvelle matière première, qu’elle soit synthétique ou naturelle, peut produire une nouvelle forme de création. Techniquement, il existe de plus en plus de molécules synthétiques qui jouent un rôle clé dans les nouveaux parfums.

Le commerce de parfum a également évolué en fonction des comportements sociaux. Par exemple, les parfums pour hommes ont été libérés: ils se limitaient autrefois aux notes boisées, alors que vous pouvez maintenant trouver des notes sucrées et fruitées. Nous nous dirigeons vers un style de moins en moins sexiste, ce qui est également le cas pour les parfums féminins. Ce qui était vrai à un moment donné dans un pays donné n’est plus 30 ans plus tard, dans le même pays ou le même continent. Les changements sociaux ont un impact sur la parfumerie, les choses ne sont pas figées.

Premium Beauty News – Comment innover en parfumerie aujourd’hui?

Maurice Roucel – Il y a deux façons d’innover: si vous avez des idées et si vous avez les bonnes matières premières pour les exprimer. Historiquement, la France n’a jamais été trop attachée aux notes fruitées et sucrées. Le parfum Angel a été introduit avec une nouvelle molécule et il a révolutionné le marché. C’est l’innovation. Les gens sont également plus ouverts, de sorte que les parfumeurs peuvent mieux s’exprimer, notamment grâce au marché de niche.

Premium Beauty News – Est-ce ce qui explique le succès du marché de niche, suite au ralentissement de la parfumerie traditionnelle?

Maurice Roucel – Pour expliquer ce ralentissement, il faut examiner le nombre de lancements par an. Lorsque j’ai commencé en 1973, il y avait 20 lancements par an. Aujourd’hui, ce chiffre atteint 1 700 à 2 000, avec de bons et de mauvais produits. Il est vrai que la parfumerie est devenue démocratique, que toutes les grandes marques sont descendues dans la rue avec une multitude de parfums. Ce ne sont pas forcément de mauvais parfums: les matières premières sont souvent qualitatives, mais la qualité créative n’est plus la même.

Ce qui est paradoxal, c’est que les grands groupes achètent des marques de niche à un coût élevé, alors qu’ils font des dizaines de millions avec leurs propres marques. Je pense que ces grandes entreprises rencontrent des difficultés pour développer la création et se tournent donc vers des marques alternatives.

Premium Beauty News – Quel type de parfum préférez-vous travailler?

Maurice Roucel – Je préfère travailler avec des créateurs, des personnes qui ont cette passion pour leur métier. C’est comme un match de tennis, tu t’amuses quand tu joues avec quelqu’un qui sait frapper la balle. L’acte de création en parfumerie est un échange. Pour un parfumeur, il est plus intéressant de travailler avec ces personnes qui ont une telle liberté. Ce n’est pas une spécificité de la parfumerie de niche, cependant. C’était comme ça quand j’ai travaillé avec Sylvaine Delacourte pour Guerlain.

Premium Beauty News – Vous avez passé plusieurs années au Brésil pour Symrise. Est-ce un pays intéressant en termes de matières premières de parfumerie?

Maurice Roucel – C’est un pays qui a un bel avenir en raison de son fort potentiel, mais ce n’est pas encore un grand producteur d’ingrédients pour la parfumerie. Il existe de nombreuses espèces de fruits, mais seulement quelques plantes à parfum.

Premium Beauty News – Que pouvez-vous dire sur la relation entre les Brésiliens et le parfum?

Maurice Roucel – Le Brésil est le plus grand consommateur de parfum au monde, que ce soit en termes de tonnage ou de valeur. Ce sont des latins, ils aiment porter du parfum, c’est un geste naturel pour eux. Les Brésiliens aiment les parfums puissants et capiteux avec une longue traînée. Ils aiment les parfums persistants.

About admin

Check Also

La justice française impose une amende aux «pirates» de la parfumerie

Matthieu Bourgeois, KGA Les droits de propriété intellectuelle étant contestés sur Internet, Pin a pensé …